Œdipe mimétique

 

Éditions de L'Herne

 

Broché : L'HerneFnac | Amazon

Ebook :  L'HerneFnac

 

"J’ai tout de suite été séduit par les pénétrantes analyses de Mark Anspach. L’Œdipe qu’il nous livre n’est pas celui du fameux complexe mais celui que le complexe dissimule."

—Préface de René Girard

 

"L’une des critiques les plus subtiles et les plus profondes de la pensée de Freud. (...) Quand l’ouvrage d’Onfray se sert de la vie de Freud pour occulter sa pensée, l’ouvrage d’Anspach fait exactement le contraire."

—Florentin Piffard, Œdipe nique pas sa mère, Causeur.fr

 

"La fin de l’ouvrage est consacrée à une analyse de Freud et de son environnement familial (…) Les parallèles sont stupéfiants. Les trente dernières pages de l’ouvrage sont d’une rare finesse d’analyse et l’exercice est pleinement réussi."

—Michel Mogniat, Causepsy

 

"Anspach nous présente un Œdipe méconnu par le freudisme, coupable non pas des crimes immondes et extravagants que la légende lui attribue mais tout simplement d'être, comme nous tous, un imitateur agenouillé aux pieds de son modèle, incapable de désirer sans copier le désir d'un autre. (...) Auteur d'un précédent ouvrage sur l'échange et le mimétisme, À charge de revanche : figures élémentaires de la réciprocité, Anspach se livre dans la première moitié du présent essai à une analyse détaillée des structures de symétrie et de réciprocité violente qui transparaissent derrière le récit mythique du roi thébain. Il montre que la pièce de Sophocle fournit des indices permettant au lecteur averti de remettre en question la culpabilité d'Œdipe. (...) Le châtiment qu'il s'inflige à la conclusion du drame n'a donc pas de sens, à moins de se rappeler que le rôle immémorial du chef politique consiste précisément à servir de bouc émissaire en temps de crise. (...) Loin de nier le génie du maître viennois ou de se détourner tout simplement de ses intuitions les plus fécondes, la théorie mimétique achève le freudisme, aux deux sens du mot 'achever'. Girard, nous rappelle Anspach, garde intacte la structure triangulaire du complexe d'Œdipe tout en la rendant mobile et dynamique. (...) L'ouvrage d'Anspach a le mérite de ne pas se limiter à une simple récapitulation des thèses girardiennes. L'auteur nous dresse le portrait d'un Freud tour à tour orgueilleux et vulnérable, dont l'ambivalence envers la société non juive trahit un désir inavoué de devenir l'autre tout en restant soi-même. Dans cet essai riche en analyses patientes et mesurées, il s'agit moins du crépuscule d'une idole que d'un renouvellement salutaire."

—Trevor Cribben Merrill, Esprit

Lire la recension complète ici