"À charge de revanche" livre de Mark Anspach sur la réciprocité

À charge de revanche

Figures élémentaires de la réciprocité

 

Éditions du Seuil

 

Commander : Fnac | Amazon

 

"Livre vif et intelligent (...) Je l'ai trouvé tout simplement délicieux."

—Dominique Casajus, CNRS, Études rurales

Lire la recension complète ici

 

"Mark Rogin Anspach nous invite avec talent à considérer sous toutes les coutures les 'figures de la réciprocité' (dans le couple, entre parents-enfants, etc.)."

Nouvelles Clés

 

"Livre neuf et bref, à tous égards remarquable. (...) Au fil de son raisonnement, servi par une langue d'une sobre élégance et progressant au rythme d'exemples concrets, l'auteur montre comment une même problématique de la réciprocité peut être appliquée à l'échange de dons, à l'économie de marché et à la vie de couple. L'argument central tient en quelques lignes: 'Une relation de réciprocité ne saurait se réduire à un échange entre deux individus. Un tiers transcendant émerge à chaque fois, même si ce tiers n'est rien d'autre que la relation elle-même qui s'impose comme acteur à part entière.' (...) [Le] chapitre intitulé 'Toi et moi' se lit comme un petit traité du bonheur en ménage destiné au couple moderne (...) La dernière page tournée, vient l'envie de recommencer la lecture."

—Roberte Hamayon, École Pratique des Hautes Études, L'Homme

 

"Le livre de Mark Anspach, en basculant dans l'économie, devient exceptionnel: car il nous montre comment, dans l'échange économique aussi, on a besoin de cette réciprocité positive qu'est le don. Certes, en payant ce que j'ai acheté, je clos l'échange: chacun est quitte et peut se tourner le dos. Mais l'argent que le vendeur possède désormais, il ne l'accepte que parce qu'il sait que quelqu'un d'autre va l'accepter en paiement: pour que l'échange ait lieu, il faut la présence virtuelle d'une troisième personne, qui assurera la continuité de la chaîne (...) L'économie de marché a besoin de confiance: à défaut, chacun se retrouve 'prisonnier du marché' et c'est le cycle négatif de la crise, lorsque plus personne n'achète de peur de ne pouvoir revendre. Dans ce cas, seul l'État est capable d'inverser le cycle, de passer de la réciprocité négative à la réciprocité positive. Le marché, pour fonctionner, a besoin de transcendance, qu'elle s'appelle confiance ou Etat, qui assure que le cercle de l'échange est positif, qu'il n'a pas fin. C'est un livre de pur plaisir intellectuel que nous donne Mark Anspach. Mais comment lui rendre ce don qu'il nous fait, qui nous rend plus intelligents? Pardi, en achetant tous son livre."

—Daniel Cardot, Alternatives Economiques

 

"À charge de revanche, Figures élémentaires de la réciprocité passe des Maoris de Nouvelle-Zélande au New Deal américain, en prenant appui sur les textes, souvent contradictoires, de Marcel Mauss et Claude Lévi-Strauss, mais aussi Cornelius Castoriadis ou Gregory Bateson. (...) L'essai est souvent passionnant, notamment quand l'auteur utilise l'ethnologie pour interroger l'économie et se demander si l'Etat doit intervenir dans un marché censé être 'autorégulateur'. (...) Fondamentalement optimiste, Anspach est persuadé que la 'domination totale du monde par le marché' n'est pas déterminée d'avance. Mais 'seule la croyance que l'on peut l'éviter rendra possible de l'éviter'."

—Natalie Levisalles, Libération

 

"Comment poser les lances ? se demandait peu après la première guerre mondiale le grand sociologue Marcel Mauss. La question n'a pas vieilli. Pris dans le cercle illimité des vengeances, les peuples paraissent subir la logique autonome de la réciprocité négative. Comment parviennent-ils donc à surmonter cet état de lutte perpétuelle et à s'engager dans la réciprocité positive du don?  Par le sacrifice répond l'auteur de ce livre court mais dense en réflexion sur des phénomènes fondamentaux de la vie sociale. Le sacrifice ouvre en effet un cycle d'échange tourné vers l'avenir. Le sacrifice consiste à 'tuer celui qui n'a pas tué pour donner à celui qui va donner' selon l'une des belles formules ramassées que sait forger Mark Rogin Anspach. Ce livre montre une fois de plus combien l'Essai sur le don de Mauss est encore fécond. S'il constitue toujours un paradigme puissant capable de contrer l'utilitarisme foncier des théories économiques et sociales dominantes, il permet également, si l'on sait du moins en percevoir la générosité des perspectives, de mieux saisir la nature des passions politiques dont est lourd le monde présent. (...) L'ouvrage de Mark Rogin Anspach témoigne que cette révolution de la pensée continue son lent mais sûr travail."

—Christian Laval, Nouveaux Regards, Revue de l'Institut de Recherches de la FSU

 

"Comment passer de cercles vicieux (vengeance, commerce) à des cercles vertueux? (...) Comment traduire cela dans le domaine politique? Faut-il croire à la 'main invisible' des libéraux dans un monde où la religion a été remplacée par l'argent? Les réponses ne sont pas toutes faites et ce livre pose beaucoup de bonnes questions pour ceux qui cherchent d'autres modes de relation que celui de l'échange commercial."

S!lence. Ecologie, Alternatives, Non-violence